Viager

Le détail nous avait échappé. Migaud, l’ineffable Didier Migaud, le patron de la Cour des comptes, socialiste promu par Sarkozy, ce petit diablotin qui sort de sa boîte tous les six mois pour crier « Austérité ! », « Austérité ! », avec ses airs de Nosferatu en robe noire et poils d’hermine, Migaud, le monomaniaque de la rigueur, l’apôtre du renoncement, celui qui n’en finit plus de fermer des écoles, de sabrer des hôpitaux, de punir les collectivités, Migaud qui vante la précarité pour tous et fustige les « privilèges » des petits, Migaud donc -tenez-vous bien- est nommé A VIE. Le bonhomme prêche la frugalité pour tous, lui il est servi jusqu’à la fin des temps. Alors là, on se demande : quand Migaud nous gronde et nous sermonne, ou bien il a un sacré sens de l’humour (noir), ou bien il nous prend carrément pour des cons.

Gérard Streiff

Projets 2018 : " Tête de serpent ", un roman jeunesse aux éditions SCUD ; "Sous les pavés la rage", un recueil de nouvelles sur 1968 (Arcane17) ; une nouvelle pour La Marseillaise ; une nouvelle pour Les Refusés ; une nouvelle sur Art Pepper.

Bilan 2017 : " Marchais" aux éditions Arcane 17 (11 euros) ; " Grognards.net " aux éditions Helvetius ; " Octobre rouge ", recueil de nouvelles noires sur 1917 ; nouvelle noire " Le môgicien ", dans le numéro 19 de la revue "Les refusés" (Nancy).

— -

*11/15 mars, atelier d’écriture OVAL à Belle-Ile-en-mer.

*17 mars, Café littéraire, Médiathèque d’Ivry, rencontre avec l’auteure Emmanuelle Bayamack-Tam/ Rebecca Lighieri.

*22 mars, Débat sur le livre "Marchais" à Paris 3è



Site réalisé par Scup | avec Spip | Espace privé | Editeur | Nous écrire